«Si Parfaite de Banamè ose venir m’attaquer la nuit, je vais la mettre enceinte…», Bertin Koovi

La polémique qui s’enfle ces derniers jours sur les réseaux sociaux après la réponse de Parfaite, « dieu » de Banamè suite à une lettre ouverte adressée à Patrice Talon par l’un de ses prêtres, a fait sortir Bertin Koovi de sa tanière. Ce dernier est resté égal à lui-même dans ses propos.

Dans un audio publié sur les réseaux sociaux, le président de l’alliance Iroko ne s’est pas montré tendre envers Parfaite dite Daagbo, celle qui s’est auto proclamée « dieu ». Réagissant à ces propos, Bertin Koovi rassure les béninois que le chef de l’Etat, le président Patrice Talon ne lui répondra pas car le faire serait se rabaisser au niveau de ce « dieu » des collines de Banamè.

En lieu et place du chef de l’Etat, l’ex opposant devenu partisan du régime de la rupture, estime que si ce n’est pas par obligation de respecter les lois de la République, qu’il irait « sucer les seins » de ce dieu pour lui prouver qu’il est un être humain. « Même s’il y a des accords politiques entre le président de la République et elle, elle n’est pas autorisée à parler au chef de l’Etat comme elle le fait« , s’indigne l’ex exilé. « Elle ne m’a pas indexé« , poursuit Bertin Koovi dans sa réplique. « Mais celui qu’elle a indexé, est un homme affable, patient, observons donc pour voir la fin« , indique-t-il.

Déplorant que la fille de Banamè soit devenue une intouchable dans la république parce que policiers et magistrats ont peur de se retrouver face à face avec elle, Bertin Koovi invite les béninois à se libérer de la peur de Parfaite. « Même si elle détient les 41 pouvoirs de la sorcellerie, je vais l’affronter, je n’ai pas peur d’elle« ,  martèle le président de l’Alliance Iroko.

« Quand je voulais faire mon audio, les gens ont tenté de m’en dissuader disant qu’elle viendra m’attaquer en esprit la nuit. Je leur ai répondu, si elle ose venir m’attaquer la nuit, je vais la mettre enceinte pour qu’elle se rendre définitivement compte qu’elle est une femme« , martèle Bertin Koovi. Le président de l’alliance Iroko met en garde la fille de la colline de Banamè que si jamais elle ose encore écorcher l’image du président de la République elle le trouverait sur son chemin.

S’adressant aux policiers et aux magistrats, Bertin Koovi les invite à tuer la peur, se rapprocher de lui pour qu’il leur donne un peu de son pouvoir. « Venez, je vous amène au cimetière pour vous obtenir un peu de pouvoir« , lance-t-il à l’endroit de magistrats et policiers. Notons que Parfaite avait, dans un audio relayé sur la toile, assuré qu’elle n’avait pas d’explication à donner au chef de l’Etat et que ce dernier, nommément cité, ne pouvait pas avoir l’audace de lui en demander. Une déclaration qui fait le chou gras dans le pays depuis plusieurs jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More