jeudi 1 décembre 2022

Vivez le meilleur de l'Actu en Continu

Bénin: compte rendu du...

Les ministres du gouvernement béninois se sont une fois encore réunis ce mercredi...

Bénin: les grandes décisions...

Le conseil des Ministres du gouvernement béninois s'est réuni, comme à l'accoutumée ce...

Qatar 2022 : les compos...

La 22eme édition de la coupe du monde se poursuit à Qatar. L’Australie...

Qatar 2022 – Tunisie Vs...

Les rencontres des dernières journées des phases de groupes se joueront ce mercredi...
AccueilNews & InfosPolitiqueAdama Barrow : « La Gambie n’est pas un...

Adama Barrow : « La Gambie n’est pas un État islamique »

Adama Barrow a déjà commencé la rupture avec son prédécesseur. Il a affirmé que la Gambie n’est pas un état islamique comme l’avait voulu Yaya Jammeh.

Le nouveau Chef d’Etat gambien s’est engagé dans des réformes. Adama Barrow a annoncé qu’il procéderait à la « refonte complète » du gouvernement. Toutefois, le Chef d’Etat gambien a indiqué sous son mandat, les services de renseignement ne vont pas disparaitre.

[ad type=custom-ad-2]

Le successeur de Yaya Jammeh s’est clairement exprimé à propos du décret pris par l’ancien président. Cette mesure prise en 2015 faisait de la Gambie « une république islamique ». Adama Barrow va d’ailleurs ramener la semaine à cinq jours. Les travailleurs gambiens auront désormais pour obligation de travailler le vendredi.

« Mon gouvernement examinera tous les domaines et il y aura une refonte complète du système », a promis Adama Barrow.

L’homme qui a prêté serment le 19 janvier au Sénégal veut changer le nom de l’Agence nationale du renseignement (NIA). La NIA a été longtemps considéré par les Gambiens comme un instrument de répression de Yaya Jammeh.

[ad type=custom-ad-2]

Les forces de la CEDEAO quitteront progressivement le territoire gambien. Pour l’heure, aucune date n’a été dévoilée pour son retrait définitif, a précisé le président gambien.

 

Adama Barrow a battu Yaya Jammeh lors des élections du 1er décembre dernier. Après avoir reconnu la victoire de son adversaire, Yaya Jammeh a vite fait de retourner sa veste. L’ancien homme fort de Banjul avait affirmé que les résultats de l’élection ne reflétaient pas la vérité des urnes.

Voir la version originale de cet article