dimanche 27 novembre 2022

Vivez le meilleur de l'Actu en Continu

Qatar 2022- Ghana Vs...

Le Portugal fait face au Ghana, ce jeudi 24 novembre 2022, dans le...

Qatar 2022-Cameroun Vs Suisse :...

Les Lions Indomptables du Cameroun rencontreront la Suisse pour le premier match de...

Qatar 2022 : le programme...

Voici le programme des matchs de la Coupe du monde de ce jeudi...

Bénin-Conseil des ministres: compte-rendu...

Les ministres du gouvernement béninois se sont réunis pour leur conclave hebdomadaire ce...
AccueilNews & InfosSécuritéDes agents secrets russes utilisent de fausses identités pour...

Des agents secrets russes utilisent de fausses identités pour détourner Facebook

Il a été révélé à l’issue d’une enquête de Politico publiée le 12 juin dernier que des espions russes créent de faux profils de femmes pour séduire les soldats américains. Objectif, cibler les soldats américains et inonder le réseau social de propagande.

En effet, ils n’ont plus besoin d’infiltrer personnellement un corps d’armée ou une administration. Un compte Facebook, une photo charmante et un message privé suffisent à certaines agences de renseignement pour capter des informations confidentielles.

La Russie fait partie des pays qui utilisent les réseaux sociaux pour récupérer des informations gouvernementales confidentielles. Tout ceci se fait sous couvert d’une fausse identité bien sûr, généralement féminine et séduisante. « Certaines techniques ne sont pas très sophistiquées, d’autres plus complexes » a expliqué à Politico, John Bambenek, responsable des renseignements.

À côté du piratage de comptes et de données personnelles, la création de Fake news et leur circulation orchestrée, les espions russes essaient aussi d’amadouer les soldats américains sur Facebook en les ajoutant comme ami. Sous couvert d’une fausse identité bien sûr, généralement féminine et séduisante.

Et déjà, ce stratagème russe génère des effets escomptés…

Outre cette carte de séduction, les espions russes essaient aussi d’amadouer les soldats américains sur Facebook en les ajoutant comme ami. Ce qui leur permet de distiller des messages de propagande qui s’affichent sur le fil d’actualités de leurs cibles.

Le témoignage de Serena Mornin, une ancienne miliaire démontre que ce piège génère des résultats escomptés. Cette dernière a raconté comment l’histoire d’un soldat russe mort héroïquement face au groupe État islamique, qui circulait sur Facebook, a fini par susciter une admiration unanime dans les rangs des soldats américains. A l’en croire, aux États-Unis, le sentiment pro-Poutine s’est développé et passe depuis 2015 de 13% à 20% d’opinion favorable.

Des soldats formés pour la contre-attaque…

Plusieurs formations, sont dispensées aux soldats  et les services de cyber sécurité sont renforcés pour éviter d’éventuel pièges tendus par les espions russes sur Facebook. « La prolifération des communications basées sur Internet et les applications de réseaux sociaux a élevé le risque d’un usage néfaste qui peut affecter nos personnels » informe Linda Rojas, porte-parole du Pentagone.

Force est de reconnaître que les réseaux sociaux sont donc devenu l’un des outils de prédilection pour s’inviter dans la politique étrangère et militaire d’un pays.