mardi 7 février 2023

Vivez le meilleur de l'Actu en Continu

Coupe du monde des...

L’entraîneur du Real Madrid, Carlo Ancelotti, a dévoilé sa liste des joueurs convoqués...

Grammy Awards 2023: double...

La star nigériane, Burna Boy, a échoué à remporter un trophée dans les...

Mali: le chef de...

Le gouvernement de la Transition du Mali a déclaré dimanche, persona non grata,...

DJ Arafat : DJ congélateur...

L’artiste ivoirien DJ Congélateur qui la une des médias depuis quelques jours, a...
AccueilNews & InfosFaits diversBurkina-Faso: le général Diendéré dément avoir commandité le putsch...

Burkina-Faso: le général Diendéré dément avoir commandité le putsch manqué

Lors de son audition à Ouagadougou, le lundi 26 Novembre 2018, le général Gilbert Diendéré, considéré comme le principal cerveau de la tentative de coup d’État de septembre 2015 au Burkina Faso, a rejeté toutes les accusations à son encontre. Il plaide non coupable.

« Je n’ai ni commandité, ni planifié, ni organisé, ni exécuté le coup d’état« , a avancé le général Diendéré, dont l’audition à la barre, était très attendue depuis l’ouverture du procès du putsch manqué. L’ancien bras droit de Blaise Compaoré soutient plutôt avoir “assumé une situation face à l’échec des médiateurs à gérer la crise’’ dans le pays.

Pour le général Gilbert Diendéré, la tentative de coup d’Etat devrait être comprise comme une action de salut publique pour “éviter un bain de sang’’.

Si pour sa première journée d’audition, le général Diendéré a surtout clamé son innocence, il a aussi longuement chargé l’ex-Premier ministre de la transition Yacouba Isaac Zida, accusé entre autres d’avoir « cherché à prolonger la période de transition » pour « réaliser son agenda caché ».

Aussi, a-t-il accusé son ex-compagnon du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) de “détournement’’ de deniers publics en désignant par exemple “deux signataires’’ pour le compte bancaire de la présidence, qui allaient “chercher l’argent pour le lui remettre’’ ou en “se baladant’’ avec l’avion présidentiel. Le colonel Zida « m’a menacé de mort physiquement devant tout le monde (y compris le président de la Transition Kafando) et personne n’a dit mot », a-t-il relaté à la barre.

Après un peu plus de six heures de débat, l’audience a été suspendue.