samedi 26 novembre 2022

Vivez le meilleur de l'Actu en Continu

Qatar 2022- Ghana Vs...

Le Portugal fait face au Ghana, ce jeudi 24 novembre 2022, dans le...

Qatar 2022-Cameroun Vs Suisse :...

Les Lions Indomptables du Cameroun rencontreront la Suisse pour le premier match de...

Qatar 2022 : le programme...

Voici le programme des matchs de la Coupe du monde de ce jeudi...

Bénin-Conseil des ministres: compte-rendu...

Les ministres du gouvernement béninois se sont réunis pour leur conclave hebdomadaire ce...
AccueilPeople & CélébritésShowbizL’artiste ivoirien DJ Arafat a frôlé le banditisme

L’artiste ivoirien DJ Arafat a frôlé le banditisme

Le leader du coupé décalé, l’artiste DJ Arafat n’a pas eu un début de carrière  artistique des plus simples. Pour encourager la jeunesse à se battre et à persévérer dans la vie quel qu’en soient les échecs, il a levé un coin de voile sur sa vie artistique ainsi que les raisons qui l’ont amené à embraser cette corporation. C’est à travers  une vidéo qu’il a posté sur sa page Facebook. Comment et pourquoi l’artiste ivoirien est-il devenu artiste ? Comme promis à ses fans des années durant, l’artiste DJ Arafat est revenu sur ses débuts dans la musique.

«  Puis le temps passait je grandissais, je volais aussi les instruments de mon père pour les revendre pour aller m’amuser avec mes amis et mon père me battait chaque fois pour cela, j’étais finalement habitué » affirme le yorobo. A l’en croire, l’artiste avait en tête de quitter la maison parce qu’il en avait marre d’être battu.

Aussi ajoute-t-il  « un jour je me suis à nouveau remis sur la batterie, mon père qui n’était pas loin, percevait les échos sonores des coups que je donnais sur la batterie, quand il est arrivé il a été surpris de voir que c’était moi qui jouais, mais il m’a battu et tellement battu que j’ai voulu riposter parce que je n’en pouvais plus d’être tabassé devant les gens… Je me suis enfui par la lagune…C’était la dernière fois que mon père me voit jusqu’à ce que je devienne un artiste ».

Houon Ange Didier à l’état civil, alias DJ Arafat rêvait depuis son bas âge de devenir un homme d’affaire. L’important pour l’artiste, était de devenir riche. « Je rêvais d’être un homme d’affaire, ou dans une autre corporation où j’allais être riche. Je ne me voyais pas dans la musique ». « L’artiste Meiway était en répétition et je suis venu l’assister, il voulait que je joue à la percussion, et ce jour-là Meiway était satisfait de ce que je faisais pour mon âge. Mon père nous a surpris et m’a encore passé à tabac » a-t-il souligné.

Très influencé par les richards du monde, les footballeurs, les grandes réussites, l’artiste s’est donc retrouvé en train de faire de petites tâches pour survivre à l’âge de 14 ans. Aussi est – il revenu sur une période sombre de sa vie de jeune garçon qu’il a si bien relaté dans son titre « Petit Nouchi dans la rue »

«  Je suis devenu DJ au Maquis le Shangaï, ce grand maquis que vous avez connu. Quand mon ami Jonathan est décédé je suis rentré alors au studio. J’avais déjà d’autres morceaux mais j’ai voulu mettre ce titre en avant. Et tout est parti de là » raconte l’artiste.

Fils de l’illustre arrangeur-musicien Houon Pierre et de la chanteuse Tina Glamour Houon Ange Didier à l’état civil, alias DJ Arafat n’a ménagé aucun effort  pour dévoiler à ses fans  que le premier disque d’or de Côte d’Ivoire a été décroché par un membre de sa famille, le célèbre artiste des années 80,  Doh Albert, frère aîné de son père Houon Pierre.