jeudi 1 décembre 2022

Vivez le meilleur de l'Actu en Continu

Bénin: compte rendu du...

Les ministres du gouvernement béninois se sont une fois encore réunis ce mercredi...

Bénin: les grandes décisions...

Le conseil des Ministres du gouvernement béninois s'est réuni, comme à l'accoutumée ce...

Qatar 2022 : les compos...

La 22eme édition de la coupe du monde se poursuit à Qatar. L’Australie...

Qatar 2022 – Tunisie Vs...

Les rencontres des dernières journées des phases de groupes se joueront ce mercredi...
AccueilNews & InfosPolitiqueSénégal: un journaliste et 3 membres de groupe WhatsApp...

Sénégal: un journaliste et 3 membres de groupe WhatsApp arrêtés pour outrage au président Macky Sall

Pour avoir diffusé, dans un groupe sur WhatsApp une image caricature jugée offensante à l’endroit du président Macky Sall, quatre personnes ont été arrêtées et déférées. Parmi eux, figurent des membres d’un groupe sur ce réseau social, un journaliste d’une télévision privée locale répondant au nom d’Ouleye Mané.

« Ce sont quatre personnes qui ont été déférées » après leur arrestation par la section de recherches de la gendarmerie, a affirmé à l’AFP une source de sécurité, sans si d’autres pourraient suivre. En effet, les médias sénégalais n’ont pas osé publier l’image incriminée. Toutefois, il s’agit d’une « caricature » du chef de l’Etat, marchant à pas rapides, ventre rebondi avec l’inscription « #MackyOisifErrant ».

Sur l’image incriminée, « l’auteur (du photomontage) a monté la tête du chef de l’Etat (Macky Sall) avec le corps d’un homme nu, allongé sur un lit » a informé le journal privé « L’Observateur ». « C’est un membre du groupe en question sur Whatsapp, qui après avoir vu l’image, est rentré « en colère », et a ensuite anonymement saisi la gendarmerie », souligne le journal. Du côté de la justice on prétexte autre chose: « Il ne s’agit pas de caricature, mais de photomontages salaces » sur le président Sall « qui ne sont pas publiables » a confié à l’AFP, un responsable judiciaire sous couvert de l’anonymat.

Aussi, ajoute t-il « il y a toujours eu des caricatures d’hommes politiques au Sénégal et on n’a jamais arrêté personne ». Cette situation survient, faut-il le préciser, au Sénégal pays souvent vanté comme un modèle de démocratie sur le continent, dans un climat pré-électoral, avec la clôture dans la nuit de mardi à mercredi, des listes pour le scrutin législatif du 30 juillet.